Avis de quelques Frères : Pourquoi je suis rentré en Maçonnerie.

Les motivations qui m'ont incité à entrer en Franc Maçonnerie et à y rester sont à la fois multiples et contradictoires.

En effet, suite à des discussions fort passionnantes avec des maçons, je m'étais rendu compte de la liberté de ton et de pensée, de leur esprit d'ouverture et de leur absence de préjugés

J'ai été séduit par cette forme de regard et de conception du monde. Je n'ai pas été déçu, même si parfois quelques frères ont des positions tranchées qui détonnent dans notre philosophie !

Je ne suis pas naïf au point de croire que les maçons sont tous fraternels et tolérants, mais je les sais perfectibles.

De plus, je reste persuadé que je peux, par mon action et mon engagement, rendre le monde meilleur et l'améliorer en prônant nos valeurs laïques et républicaines.

Il existe beaucoup de bonnes raisons d'entrer en maçonnerie

Probablement autant qu'il y a de maçons.

En ce qui me concerne, tout a commencé par de la curiosité.

Pas celle que l'adage populaire qualifie de vilain défaut, non!

Celle qui pousse à s'ouvrir, intellectuellement, à d'autres horizons, à la découverte, à la prise de risque parfois.

Mais plutôt que de répondre à la question : "pourquoi suis-je entré en Franc Maçonnerie ?", je préfère m'intéresser aux raisons qui me font rester en Franc Maçonnerie.

Et elles sont multiples. Sa philosophie, tout d'abord, basée sur un humanisme propice à la redécouverte et au dépassement de soi.

Les rencontres, ensuite, puisque j'ai pu, grâce à la Franc Maçonnerie, me lier d'amitié avec des gens que je n’aurai probablement jamais connus dans d'autres circonstances.

La richesse intellectuelle, enfin, sur laquelle ne peut que déboucher le partage sans jugement qui est le fondement de nos échanges.

Je suis entré avec une pointe de curiosité et fier d’avoir été choisi pour ma personnalité. J’avais la ferme conviction de pouvoir évoluer. Pour moi, le premier devoir de l’homme c’est le travail. Etant de composition joviale j’étais sûr de pouvoir devenir un maillon solide.

CAPE DIEM‘’ telle est ma devise.

Pour citer Eluard, je dirais : "Il n'y a pas de hasard il n'y a que des rendez-vous".

J'ai longtemps cru que mon entrée en Maçonnerie n'était que le fruit des circonstances et de ma rencontre avec un ami.

Je ressentais, alors, la nécessité de réfléchir et de m'arrêter sur moi-même.

La Franc-maçonnerie m'aide sur ce long et laborieux sentier de vie.

Même si le cheminement est éminemment personnel, tu y côtoies des personnes de tous horizons, quelques fois libres penseurs et bienveillants, mais soyons franc, pas toujours.

Cette fraternité humaine avec ce qu'elle comporte d'imperfections m'aide à trouver ma vérité et dans la balance, au final, je me dis souvent que ce rendez-vous en vaut la peine.